Page 1 > Page 4
 

Page 4

L' humanitè espèce, ils survivront et vivront éternellement

Yeux d´enfant - bouche d´enfant

l ´homme cherche par les sommets et les profondeurs de cette terre et aussi impraticable que soit le terrain, aucunne labeur ni privation ne peuvent le retenir; est-ce l´inconscient même qui est devenu le but conscient? Quelque part, un jour nous nous en rendrons compte, ou peut-être pas.

En chemin, je me suis retrouvée une fois sur une route panoramique qui conduisait en haut de la montagne. Je suivi cette route et, arrivé en haut, j´atteignis une platteforme qui offrait une vue très dégagée. Deux bancs permettaient de s´attarder à cet endroit; sur l´un des bancs était assis un homme agé et sur l´autre se trouvaient deux enfants qui inspectaient aux jummelles la ville au fond ainsi que l´horizon au loin.

Je m´assis et admirais la vue sur la petite ville qui brillait à la lueur du soleil tel un tableau aspirant à la méditation. En un tel lieu l´homme, pour un court instant libéré du stress et de la tension journaliers, ressent alors son esprit vagabonder librement. A ma droite était assis l´homme agé, il regardait au lointain , un sourir à la bouche; les deux enfants du banc voisin , tout en discutant ensemble, tenaient d´une main les jumelles et de l´autre dirigeaient leur doigt tendu en direction de ce qu´il voyaient devant eux.
 
Des yeux je suivais la direction de leur jumelle, droit sur l´horizon lointain, mais ne pouvais rien distinguer de ce qui éveillait tant l´intérêt des enfants. Peut-être était-ce un avion qui volait au loin.

Malgrés la montée astreignante, ce petit séjour en hauteur en a value la peine, et aussi étais-je bien décidé de garder en mémoire le voeux de retourner à l´avenir en un tel endroit dès que l´occasion se présentera. Je ne sait pas combien de temps s´ écoula pendant que j´étais perdu dans mes pensées, quand j´entendis la voix de l´homme assis à côté de moi: "eh! Les enfants! Que voyez-vous que je ne puisse voir?" Automatiquement je me retournaient vers les enfants. Les enfants en question degagèrent leur jumelles des yeux et tournèrent le regard vers nous. Et l´homme agé continua de leur parler:" Bien sûr que vous pouvez voir ce que je ne peux voir!" soit parce que je ne peux plus voir ce que yeux d´enfants voyent, soit par ce que ce que vous ditinguez est trop éloigné. Les enfants se regardèrent et chuchotèrent ensembles puis ìls se dirigèrent vers nous.

Voilà, commenca l´un des deux enfants, nous venons souvent ici car ce n´est pas loin de chez nous, et nous venons aussi souvent le week.end accompagnés de nos parents et les jumelles ce sont eux qui nous les ont offertes afin que nous puissions d´en haut tout observer. Quand nous regardons en bas dans la ville par exemple, nous pouvons tout distinguer très nettement, mais lorsque nous dirigeons les jumelles sur l´horizon nous voyons alors des choses très étranges et le second enfant hochait de la tête en disant que certainement l´on pouvait voir une sorte de Fata Morgana; Car nous voyons deux boules qui tournent sur elles même sur un orbitre l´une en face de l´autre. c´est ainsi que nous les distinguons dans nos jumelles parfois très proches et parfois plus éloignées. L´une des boules ressemble aux globe sur le bureau de papa et l´autre ressemble à une boule en verre pleine de fumée blanche.

Et, y a-t-il encore d´autre choses à voir, demanda aux enfants mon voisin avec un sourire sympatique; ils se regardèrent d´un air entendu en aquiescant pour commencer ensuite , timidement à raconter leur histoire. Au moment où le petit globe se rapprochait le plus de nos jumelles, il était possible de distinguer des gens miniatures qui planaient du globe jusqu´à la sphère , et qui là se réduisaient en fumée pour ne former plus qu´un tout avec la sphère. Cependant cela ne fonctionnait pas pour tous et certain se heurtait à la sphère de fumée comme si elle était en verre (et qu´il ne l´avait pas vue auparavant). Lorsque le globe s´éloignait et que la sphère se rapprochait de nos yeux, nous pouvions voir que ces personnes étaient habillées différemment des autres; Nous ne savions pas au premier abord quelles personnes sur terre étaient habillées de la sorte, aussi nous sommes nous renseignés à la biblihothèque de l´école et avons fait des recherches dans les livres sur les différentes cultures et religions; nous avons ainsi découvert qu´il s´agit de prêtres et de moines de cultures et religions variées. Il était devenu très prenant pour nous de savoir la suite des évênements et c´est pour cette raison que nous avons continué à observer par beau temps à l´aide de nos jumelles. Les gens qui s´etaient cognés contre la sphère formaient des groupes , petits et grands et discutaient ensembles. Nous nous sommes attardés sur un groupe formé de prêtres et moines de toutes cultures. Et pourquoi ce groupe plus qu´un autre? C´etait moi qui avait posé cette question car les enfants m´avaient rendu curieux avec leur histoire. Les enfants se mirent à rire, et nous racontèrent que certaines personnes se sont déshabillées, pour essayer encore une fois de pénétrer dans la sphère de fumée, mais cela sans succès car ce n´était pas la solution du problème. Nous pouvions aussi remarquer la tristesse des visages et la facon dont ils discutaient mais apparemment il était impossible pour eux de pénéetrer dans la sphère. Nous avons aujourd´hui vu quelque chose que nous ne comprenons pas, et c´est pour cela que nous discutions si fort, que vous nous avez remarqué et demandé ce que nous voyons. Le viel homme à côté de moi aquiescait aux enfants. Nous avons vu aujourd´hui que certains prêtres et moines de culture différentes discutaient ensembles pour enfin se prendre dans les bras , échanger leurs habits, de planer encore une fois en direction de la sphère pour arriver enfin à y pénétrer sans problèmes! Les enfants restèrent devant nous avec des airs interrogateurs , le viel homme se leva et passa la main dans les cheveux des anfants et leurs dit: "Vous venez de faire l´expérience que derièrre le problème manifeste de ces gens, se trouvent une solution cachée." Puis il se retourna vers moi et continua en disant qu ´aujourd´hui était une belle journée qu´elle lui avait procurée bien du plaisir et qu´il m´en souhaitait de même.

Sur ces mots il s´éloigna.



Michael Gabriel Triebstein

Michael Gabriel Triebstein


We dont know what the future will bring. Get ready, it's time for the great moment.
Let me know it.

universal@triebstein.de

 

 
 
www.triebstein.de